• agadesbrs

Risque et alpinisme

Mis à jour : 13 juin 2018

< in Réflexion philosophique sur l'Homo alpinus - Alain Ghersen >



L’Homo Alpinus est celui qui cherche à retenir le temps présent en vivant des situations où les notions de passé et de futur sont évacuées par l’intensité de l’instant présent.

L’écrivain italien De Luca, dans un récit qui met aux prises un chasseur et un chamois, exprime toute la difficulté pour l’homme de vivre cet instant présent. Cette « retenue du temps », aussi illusoire qu’elle puisse être, s’affirme comme la quête d’une éternelle jeunesse qui s’exprime même lorsque l’alpiniste ne revient pas vivant de son aventure.

Pierre Mazeaud explique ce sentiment, en évoquant le souvenir de ses multiples compagnons morts en montagne : « <…> oui, les mecs de vingt ans qui étaient à mes côtés, ils sont morts là où ils souhaitaient mourir, je ne les verrai jamais vieillir, ils resteront toujours les mecs de vingt ans qui étaient à mes côtés, et ça m’a redonné une certaine espérance dans la vie ».

Cette relativisation de l’importance de la mort, de sa mort, peut même subsister quelques temps après une ascension difficile réussie, du simple fait que ces instants singuliers ressortent comme des états de grâce, suscitant l’impression, aussi éphémère soit-elle, que l’on peut, après elle, mourir en toute quiétude…comme si l’ascension réalisée pouvait contenir à elle seule le sens de son existence…

N’hésitez pas à donner votre opinion.

Si cet article vous a plu, partagez-le.

J’en serais ravi.

28 vues